Vittorio Mussolini : Le héros improbable du cinéma italien

Vittorio Mussolini : Le héros improbable du cinéma italien

En 1930, le NSDAP a créé un département de cinéma pour produire sa grande propagande pour le peuple, avec l’aimable autorisation du ministre de la Propagande d’Hitler, Joseph Goebbels. Dès leur plus jeune âge, ils étaient conscients de ce que les films pouvaient faire au public et ils l’ont utilisé efficacement. Dans l’Italie fasciste, le cinéma était surtout considéré comme un divertissement à caractère narratif, privilégiant les drames réalistes ou les comédies « telephoni bianchi » destinées à se perpétuer à l’ère du son. Cette période se révélera être une source de subsistance pour les jeunes écrivains et réalisateurs dont les noms trouveront une reconnaissance internationale après la fin de la Seconde Guerre mondiale et au-delà. Un catalyseur majeur dans l’industrie cinématographique italienne, qui se fait encore sentir aujourd’hui, serait le fils d’Il Duce : Vittorio Mussolini.

Vittorio Mussolini était le fils aîné du dictateur Benito Mussolini, qui a pris le contrôle du pays en 1923 et l’a transformé en un État à parti unique. Ses fils étaient tous deux intéressés par l’art et ont ensuite fait leur service militaire. Vittorio a piloté des avions vers l’Espagne pour aider les nationalistes victorieux dans leur guerre civile et pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant son temps libre, Mussolini a utilisé son influence en tant que fils de Mussolini pour canaliser son énergie dans la construction d’une industrie cinématographique plus robuste pour défier le reste de l’Europe. Vittorio a fondé le Alliance du cinéma italien pour produire divers films avec une touche nationaliste. Son premier film était l’historique Scipion l’Africain : La Défaite d’Hannibasje sorti en 1937. Le film fut un succès en Italie car il servait de propagande à son père et à ses ambitions croissantes de conquérir l’Afrique du Nord.

La même année, le studio de cinéma italien Cincetta a été ouvert avec la devise “Le cinéma est l’arme la plus puissante”. Scipion l’Africain a été parmi les premiers films à utiliser le studio, et Cincetta est encore largement utilisé aujourd’hui dans les productions cinématographiques du monde entier. Alors que Vittorio soutenait le régime de son père, il n’était pas dur en ce qui concerne les opinions politiques des autres. Il s’est lié d’amitié avec des écrivains de gauche et juifs, leur a permis d’écrire pour le magazine de cinéma d’État et de participer à diverses productions.

Parmi ceux qui en ont bénéficié figurent Michelangelo Antonioni et Roberto Rosselini. Vittorio a permis à l’éminent critique de cinéma allemand Rudolk Arnhem , qui était juif, de vivre à Rome et l’a protégé des lois raciales que son père appliquerait en 1938, auxquelles Vittorio s’est opposé. C’était l’un des films italiens les plus réussis des années 1930 Luciano Serra, pilote pour lequel Vittorio a écrit un traitement et Rossellini a co-écrit. Les deux, plus Antonioni, ont aidé à diriger le premier travail de Rossellini, Un pilote revient (1942). Il a même tenté de conclure un accord avec le producteur de bandes dessinées américain Hal Roach avant l’implication de l’Amérique dans la Seconde Guerre mondiale, mais Roach a reculé après que MGM ait menacé de mettre fin à leur contrat avec lui. Si l’accord avait été conclu, la société aurait dû s’appeler “RAM” – Roach et Mussolini.

Un autre futur réalisateur important à travailler avec Vittorio était Federico Fellini alors qu’il était au début de la vingtaine. Fellini était apolitique et voulait éviter le projet et a aidé à plusieurs projets dont Chevaliers du Désert. On pense que Fellini a co-réalisé après la blessure du directeur du personnel, mais le film n’est pas sorti en raison de la séquence de défaites de l’Italie en Afrique du Nord. En 1943, avant que son père ne soit renversé, Vittorio a vu le premier film d’une autre future légende, Luchino Visconti. Obsession. Irrité par ce qu’il croyait être un film anti-italien au lieu d’être le thriller policier qu’on lui avait promis, il a interdit le film lorsque Vittorio s’est enfui dans l’État fantoche de son père dans le nord de l’Italie. Heureusement pour Visconti, il a gardé un duplicata du négatif que les fascistes n’ont pas pu détruire obsession serait remis au reste de la population.

[1945wurdeVittoriosVaterhingerichtetundkopfüberinMailandaufgehängtbespucktundvondenMenschenverachtetdieereinstregierteVittoriofloheineZeitlangausItalienumniewiederindieFilmindustrieeinzusteigenundRosselliniveröffentlichteseinenitalienischenNeorealismus-WegbrecherRom Offene Stadt, das ist ein stark antifaschistisches Bild. Die neorealistische Ära würde Italiens Flagge auf einer globalen Bühne hissen, um es zu einem der bekanntesten Zentren des Kinos zu machen, aber erst nachdem Vittorio die Samen gepflanzt hatte, um es wachsen zu lassen. Weil er der Sohn eines Diktators war, wurde Vittorio als Revisionist der Handlungen seines Vaters degradiert. Er war jedoch der Schlüssel zur Wiederbelebung der Branche, nachdem die Weltwirtschaftskrise sie ausgelöscht hatte. Ohne seine Leidenschaft und Nichtdiskriminierung gegenüber politischen Feinden wären diese großen Regisseure nicht auf die Beine gekommen. So, tausend Dank, Vittoria? Obwohl Ihr Vater ein Diktator war?

Folgen Sie mir auf Twitter: @brian_cine (Wer-ein-Mann)

Leave a Comment