Visceral Dance présente des danseurs exceptionnels dans une belle nouvelle maison | Nouvelles de Chicago

Interprété par l'ensemble de la Visceral Dance Theatre Company, Interprété par l’ensemble de la Visceral Dance Theatre Company, “Awake” comprend une note de programme indiquant “Parfois, il faut passer par là pour sortir.” (Crédit photo : KT Miller Photography)

Le nouveau Visceral Dance Center est un bâtiment rectangulaire élégant et à la pointe de la technologie dans des tons de gris et de noir. Il contient six studios ultramodernes idéaux pour un large éventail de cours de mouvement, ainsi que des espaces de répétition et de performance.

Un programme époustouflant du Visceral Dance Theatre ouvre maintenant le Ann Barzel Theatre du bâtiment. Le vaste studio rend hommage au regretté critique de danse et archiviste et est conçu pour être converti en un espace de représentation de 100 places avec d’excellentes conditions de visionnement.

Cette impressionnante compagnie de danse contemporaine, maintenant dans sa neuvième année et dirigée par le fondateur et directeur artistique Nick Pupillo, mérite une telle maison.

Intitulé collectivement SpringNine, le programme présente le travail de trois chorégraphes différents, dont Mike Tyus, Marguerite Donlon et Pupillo. Et il sert de vitrine vivante aux dix danseurs de l’ensemble, qui se caractérisent par leur perfection technique et leurs capacités de partenariat ainsi que par leur intensité émotionnelle.

Le programme s’ouvre sur “Madre” de Tyus, basé à Los Angeles, qui a été écrit en 2021 et est réglé sur un mélange de musique stimulante du compositeur vénézuélien Arca, du musicien électronique allemand Apparat, Sharra Nova et Alfred Brown, avec un poème de Kacie Hertz exprimé par Joy Isabella Brown. L’éclairage d’ambiance vient de Collin Helou.

Tyus, qui a dédié cette pièce à sa mère, utilise beaucoup de travail au sol, y compris une suggestion de prière. Sa chorégraphie homogène avec de nombreuses formes imbriquées et des câlins suggère des aspects d’amour, de contrôle et de perte. C’est un match idéal pour ses neuf danseurs, dont Braedon Barnes, Meagan Cubides, Meredith Harrill, Tyler Kerbel, Morgan McDaniel, Michelle Meltzer, Brandon Talbott, Samantha Weeks et Morgan Williams.

Vient ensuite “Ruff Celts” de Marguerite Dolan (écrit en 2016), une œuvre sauvage et magnifique qui pourrait être décrite comme un hommage à la danse irlandaise sous stéroïdes, avec des hommes en jupes noires ressemblant à des kilts. Une aventure frénétique qui comprend une multitude d’ambiances, de formations et de mouvements à grande vitesse différents, culminant dans une ligne mettant en vedette les membres susmentionnés de la Compagnie aux côtés de Bennett Cullen. Musique de Sam Auinger, De Dannan, Luke Kelly, Kila, Sinead O’Connor et Claas Willeke et éclairage de Nathan Tomlinson.

La seconde moitié du programme est consacrée à deux œuvres chorégraphiées par Pupillo.

Tout d’abord, la première à Chicago de son “Mad Skin” sur une musique de Mac Quayle. Un duo puissant, à la fois lyrique et plein de portés acrobatiques audacieux, dansé avec un effet époustouflant par Morgan Williams et Meredith Harrill.

Enfin la première de “Awake”, interprétée par toute la compagnie, et avec une note de programme disant : “Parfois, il faut passer par là pour s’en sortir”, une pensée qui peut certainement être transposée aux années pandémiques.

Sur du rock indépendant et de la musique atmosphérique de Christian Loffler, Tiger Lou, Fort Romeau, Empty Set et Tourist (et astucieusement éclairés par Tomlinson, avec des costumes de Luis Razo), le mélange caractéristique de Pupillo de mouvements fluides et de partenariat complexe est à son meilleur. À certains moments de l’œuvre, les danseurs se déplacent vers le haut lorsqu’un rideau s’ouvre et ils se tiennent devant un mur de briques apparentes – une suggestion puissamment théâtrale de “se tenir contre”.

Les représentations restantes du programme auront lieu du 31 mars au 3 avril au Visceral Dance Center, 3121 N. Rockwell. Visitez visceraldance.com pour les billets.

Suivez Hedy Weiss sur Twitter : @HedyWeissCritique


Leave a Comment