Une exposition de structures biomatérielles peuple le campus de l’Université de Virginie créée par des étudiants et des universitaires en architecture | nouvelles

Le campus de l’Université de Virginie (UVA) est devenu le cadre d’une gamme de structures créatives fabriquées à partir de matériaux naturels. Que Exposition sur la construction des biomatériaux (Bio-Build Expo en abrégé) a été organisé par l’école d’architecture de l’université et présente les possibilités des matériaux organiques et biosourcés, y compris les structures en bois et en champignons récupérés.

Benay Gürsoy Toykoç, professeur adjoint d’architecture de Penn State, a conçu des structures à l’aide de blocs de mycélium. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

L’exposition et les projets qui y sont présentés ont été créés par une combinaison d’étudiants UVA, de chercheurs invités et de chercheurs en génie biomédical, dirigés par les professeurs adjoints d’architecture UVA Katie MacDonald et Kyle Schumann. “C’est à la fois de la vieille école et de la nouvelle école”, a déclaré MacDonald. « Une grande partie du travail que nous effectuons porte sur des matériaux sources tels que l’architecture vernaculaire – les traditions de construction avant l’industrialisation. Mais nous examinons également comment les nouvelles technologies nous permettent d’utiliser des matériaux cultivés de nouvelles façons.

Exposition du studio de design HANNAH à l’Université Cornell. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

Les projets à base de bois au sein de l’exposition se sont concentrés sur les moyens de réutiliser le bois dimensionnel tel que les coupes 2×4, ainsi que sur l’utilisation complète des bûches sans déchets excessifs. Un présentoir créé par le studio de design HANNAH de l’Université Cornell présente des troncs d’arbres sciés en morceaux longs et fins qui se tissent sur une structure en bois incurvée maintenue par des tiges d’acier et des rondelles en caoutchouc.

Exposition du studio de design HANNAH à l’Université Cornell. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

« C’est une satisfaction inégalée de faire partie de l’ensemble du processus de conception ; de la première itération au processus de fabrication en passant par le prototypage », a déclaré Abigail Hassell, membre du projet et étudiante en architecture de quatrième année. « J’ai appris que les projets de conception-construction ont tendance à rencontrer des problèmes inattendus. Cela m’a appris que je m’épanouis dans des situations où je dois m’adapter rapidement et résoudre des problèmes.

Une installation de blocs mycéliens par Jonathan Dessi-Olive, professeur adjoint à la Kansas State University et directeur du Myco Matters Lab. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

L’exposition montre également plusieurs utilisations du mycélium, une structure fongique qui ressemble aux racines des plantes. L’une de ces expositions a été conçue par Annabelle Woodcock, étudiante en architecture de quatrième année, qui a conçu et construit une banque de mycélium qui se biodégrade lentement et qui, avec le temps, se décompose et reconstitue le sol.

Liz Gálvez, critique invitée de l’Université Rice, a développé une structure en rondins de sol. Photo par Erin Edgerton, Communications universitaires

“La peau externe du mycélium peut se conformer à presque toutes les textures dans lesquelles elle est développée, ce qui signifie qu’il existe des possibilités infinies pour la forme que la surface du matériau peut prendre”, a déclaré Woodcock. “Ces invulnérabilités naturelles font du mycélium un candidat non conventionnel mais favorable pour un matériau de construction nouvellement découvert.”

Une structure en bois conçue par Somewhere Studio, exploitée par Jessica Colangelo et Charles Sharpless, tous deux de l’Université de l’Arkansas. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

“Pourquoi les bâtiments doivent-ils durer des centaines d’années si nous changeons habituellement le langage des bâtiments ?”, a poursuivi Woodcock. « Et si nous avions la capacité de réorienter en permanence l’environnement bâti en fonction de nos désirs et de nos besoins actuels ? »

Structure en bois conçue par Somewhere Studio. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

L’exposition a été soutenue par des universitaires invités de l’Université de l’Arkansas, de l’Université Rice, de l’État du Kansas, de l’État de Penn et de Cornell pour collaborer avec des étudiants de l’UVA. Ils ont également jumelé des étudiants en architecture avec des chercheurs en génie biomédical de l’UVA expérimentant la croissance de tissus biomatériaux.

Structure en bois conçue par Somewhere Studio. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

La nouvelle de l’exposition survient quelques jours après que Jeana Ripple a été nommée présidente du département d’architecture de l’Université de Virginie. Le mois dernier, l’école a également nommé CL Bohannon comme premier doyen associé pour la justice, l’équité, la diversité et l’inclusion.

Structure en bois conçue par Somewhere Studio. Photo de Sanjay Suchak, Communications universitaires

Leave a Comment