Nederlands Dans Theater ou le summum de la danse contemporaine

Trois ballets, des signatures prestigieuses pour les trois chorégraphies de ces œuvres. Trois spectacles au summum de la créativité en danse contemporaine. Une seule compagnie, le Nederlands Dans Theater (NDT), avec ses 25 danseurs d’exception pour cette soirée que Danse Danse propose au Théâtre Maisonneuve à Montréal. S’il y a bien un spectacle à ne pas manquer cette année, c’est bien celui-là…

Le ballet du brillant chorégraphe Hofesh Shechter ouvre la soirée. dans le Vladimir – le titre du ballet – une foule de danseurs en tenue de ville semble se débattre dans la vie contemporaine, essayant désespérément de vivre et de saisir les rares opportunités de joie et de plaisir. Dans cette tentative d’être heureux, dans cette joie paradoxale mêlée de mélancolie, certains sont emportés, entraînés dans une mort absurde, arbitrairement prise à l’environnement.

Hofesh Shechter signe l’excellente chorégraphie, à la fois contemporaine et traditionnelle, avec ses tableaux magnifiques, ses pseudo-désordres, ses coordonnées subtiles, toujours empreintes de bonheur malheureux. Et il signe aussi la musique, elle aussi sérieuse mais rayonnante comme la lumière. L’ameublement est réduit mais admirable. Les murs rouge sang servent de support aux danseurs pour recréer ce qui peut parfois être interprété comme des scènes de violence, de résignation aussi, d’absence au monde, toujours avec la volonté de se ressaisir et de vivre intensément malgré tout. Le spectateur est maintenu tendu, un crescendo tendu qui donne la chair de poule jusqu’à la fin.

Après un tel moment, dans la pause qui suit, on se dit qu’il sera difficile d’équilibrer un tel ballet. Mais les deux suivants sont aussi tellement imaginatifs, différents et formidables qu’on ne peut qu’être impressionné par la composition de l’ensemble.

La merveilleuse chorégraphe Cristal Pite signe la seconde partie. dans le la déclarationquatre danseurs habillés en jeunes leaders dynamiques se réunissent autour d’une longue table pour le Rencontre porté par une entreprise. Cristal Pite s’est fait une spécialité de la danse-théâtre et le résultat pour ce ballet est à sa manière, merveilleusement drôle, esthétique et réussi. Le décor se réduit à cette longue table transparente et à une masse noire qui la surmonte, l’élevant ou l’étouffant, projetant sa lumière de bureau mais aussi celle d’une prison, même de puissance supérieure. Presque pas de musique. Seulement les mots plus ou moins vides dits lors d’une rencontre de ce genre, mais sublimés et transformés par les mouvements et les performances des artistes.

Après la deuxième pause, la scène commence par un décor très élaboré, l’immense salle d’attente d’une ancienne gare, qui sonne comme un train qui passe. La pièce est majestueuse avec ses grandes portes et son haut plafond qui laisse entrer la lumière naturelle. Tout est fait pour que les danseurs ressemblent à des géants. Sous-tendue d’une musique douce et romantique, la chorégraphie de Sol Leon et Paul Lightfoot met en scène des voyageurs élégamment vêtus de couleurs crème et un autre personnage qui s’impose comme un employé de gare ou d’hôtel avec sa tenue noire. entre-temps Odyssée unique pleine de beauté et de tendresse, on croit percevoir la vision ou le rêve magnifié de ce personnage qui vit au milieu des nombreux voyageurs qui parcourent la gare et sa vie, et qui, presque par magie, disparaissent à jamais.

Les danseurs de la compagnie Nederlands Dans Theater sont exceptionnels et le public est ravi d’une soirée aussi remarquable.

NEDERLANDS IN THEATRE (NDT), du 10 au 14 mars 2020 au Théâtre Maisonneuve

VLADIMIRle Hofesh Shechter

la déclarationpar Crystal Pite

Odyssée uniquede Sol Leon & Paul Lightfoot


Fear and Greed, l’aventure solo de Frédérick Gravel

Leave a Comment