L’indice de facturation d’architecture de février 2022 est encore plus élevé

Après une tendance à la hausse positive mais inégale dans le rapport Architecture Billings Index (ABI) de janvier 2022 le mois dernier, les chiffres de février 2022 publiés aujourd’hui par l’AIA brossent un tableau similaire.

L’ABI a continué d’augmenter alors que l’indice composite était de 51,3 en février, légèrement supérieur aux 51,0 de janvier (tout ce qui est supérieur à 50 pour l’indice composite signifie une hausse d’un mois à l’autre, tout ce qui est inférieur à une baisse). Il s’agit d’un autre mois consécutif de croissance positive depuis février 2021, lorsque la demande de services d’architecture était dynamique face à la pandémie, mais on ne sait pas combien de temps ce marché haussier durera. Les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et un ralentissement de la demande régionale dans l’Ouest et le Sud-Est pourraient entraîner l’ABI en territoire négatif cette année.

“Malgré une demande saine et continue pour les services de conception, l’activité a stagné alors que les entreprises sont confrontées à une variété de défis externes, allant des perturbations du personnel et de la chaîne d’approvisionnement à une inflation élevée et à la hausse des taux d’intérêt”, a déclaré l’économiste en chef de l’AIA, Kermit Baker, dans un communiqué de presse. « Bien que la reprise après la pandémie ait eu un impact positif sur les entreprises dans la plupart des régions, le manque persistant de demande de services de conception dans le Nord-Est est de plus en plus préoccupant. »

En décomposant le nombre composé, l’écart entre l’intérêt pour les nouveaux projets et les contrats signés n’a fait que s’élargir. En février, le nombre de demandes de nouveaux projets est passé à 62,5 contre 61,9 en janvier, ce qui suggère que la demande des propriétaires et des promoteurs est toujours forte. Bien que ce soit le cas et que les contrats de conception réels signés soient passés à 55,2 en février contre 56,1 en janvier, le rythme n’est pas aussi rapide que le mois précédent.

Sur une base régionale, l’AIA a noté que les chiffres de l’ABI de février marquaient le sixième mois consécutif de baisse des comptes pour le Nord-Est ; Dans la région, les décomptes de février sont tombés à 44,3, plus bas que les 46,8 de janvier. L’ouest était une histoire similaire, affichant un graphique de 47,9 le mois dernier contre 47,6 le mois précédent. Le Sud est resté le plus performant, avec des factures à 58,6 en février, positives mais pas aussi chaudes que 61,2 en janvier. Enfin, le Midwest a légèrement augmenté, atteignant 53,2 en février contre un timide 51,5 en janvier.

C’est un cas de «plus de la même chose» dans la répartition des facturations des cabinets d’avocats par type de pratique – les bureaux spécialisés dans le travail institutionnel, longtemps considérés comme des refuges sûrs dans les économies du centre-ville, continuent de souffrir. Les facturations ont de nouveau diminué, en baisse de 47,2 en février contre 47,3 en janvier. La couronne la plus performante est allée aux entreprises avec un mélange de projets commerciaux et/ou industriels sur les planches, à 55,4 en février contre 54,2 le mois précédent, probablement une conséquence de l’assouplissement des restrictions COVID et du retour du trafic piétonnier public. Pendant ce temps, les cabinets d’avocats mixtes, auparavant les plus performants, ont vu leurs facturations chuter à 53,8 en février, contre 60,6 beaucoup plus élevés en janvier. Enfin, les entreprises spécialisées dans les projets de logements multifamiliaux ont continué de voir leur demande augmenter, mais à un rythme plus lent que le boom de l’an dernier, terminant le mois à 52,6, en légère hausse par rapport aux 50,1 de janvier.

Leave a Comment