Les danseurs aériens de Frequent Flyers ont perdu leurs masques faciaux pour un spectacle expressif et transformateur – Boulder Daily Camera

La pandémie a motivé de nombreuses personnes à reconsidérer l’orientation de leur vie. Alors que certains ont complètement changé de carrière, d’autres ont adopté de nouveaux passe-temps ou revisité des sujets qu’ils aimaient autrefois.

Valerie Morris et Sofia Rodriguez se produisent lors de la production “Gravity & Relativity” de Frequent Flyers Aerial Dance au Dairy Arts Centre en décembre 2021. (Frequent Flyers Aerial Dance/Photo courtoisie)

La dernière création de Frequent Flyers Aerial Dance, Transformation in the Calling, est un magnifique rappel des nombreux détours inattendus que la vie peut prendre.

La performance d’une heure s’inspire de la vie des cinq danseurs en vedette, qui non seulement impressionnent le public avec une chorégraphie aérienne, mais ont également adopté leurs étiquettes en tant que mathématiciens, patineurs sur glace, danseurs de ballet, scientifiques et enseignants du primaire.

“Regarder l’émergence précoce du mouvement avec le” terrain de jeu “des engins aériens que nous avons suspendus m’a inspiré”, a déclaré Nancy Smith, fondatrice et directrice artistique de Frequent Flyers. « J’ai vu les engins changer au fur et à mesure que les danseurs bougeaient. Cela m’a fait réfléchir à la façon dont le travail dans les airs nous change à bien des égards – physiquement, émotionnellement, créativement – et à la façon dont la passion devient un mode de vie.

Depuis la fondation de Frequent Flyers il y a près de 35 ans, Smith a encouragé l’engagement communautaire et créé des spectacles captivants le long du Front Range. Elle accueille les nouveaux venus curieux dans son atelier et voit plusieurs continuer à suivre les cours. Pour certains, la danse aérienne dépasse un intérêt ou une pratique alternative.

“Une fois que vous avez appris à danser et à voler dans les airs, il n’y a rien de tel”, a déclaré Smith.

De gauche à droite, Valerie Morris, Michelle Randolph et Lisa Caldwell pratiquent la chorégraphie pour la dernière production de Frequent Flyers Aerial Dance, Transformation in the Calling. Les billets pour le spectacle, qui aura lieu du 15 au 17 avril au Dairy Arts Center, sont en vente dès maintenant. (Frequent Flyers Aerial Dance/Photo courtoisie)

“Transformation in the Calling” suit le parcours des vrais participants avec des références intelligentes à leurs autres professions, des solos convaincants et un engin spécial qui change également pendant la production.

“Je me suis lancée dans la photographie aérienne en 2010 alors que j’étais à l’université et je n’avais pas encore décidé ce que je voulais étudier”, a déclaré Michelle Randolph, qui enseigne les mathématiques à l’Université du Colorado à Boulder. « J’ai tout de suite été intéressé par la photographie aérienne et j’ai voulu l’apprendre. Avant cela, j’ai fait de la danse, mais je n’étais pas très sportif, donc j’avais un long chemin à parcourir pour développer la force nécessaire pour arriver là où je suis maintenant.”

La danse – avec ses motifs et ses symétries – est riche en géométrie.

“J’ai été attiré par l’air et les mathématiques en partie parce qu’ils se sentaient tous les deux comme un défi”, a déclaré Randolph. “La photographie aérienne a commencé comme un défi physique pour moi et est finalement devenue un défi créatif également, tandis que les mathématiques étaient plus un défi intellectuel. . Bien qu’il y ait certainement des similitudes entre les deux, je trouve que je préfère les considérer comme des choses distinctes qui peuvent être informées l’une de l’autre.”

Randolph utilise encore certains éléments mathématiques lorsqu’il se balance sur les soies ou en équilibre sur des anneaux suspendus dans les airs.

“Mon éducation en mathématiques m’a appris à résoudre des problèmes et à penser de manière logique et créative”, a déclaré Randolph. “Dans ma formation aérienne, je peux appliquer ces compétences pour m’aider à voir des opportunités uniques et à mieux comprendre mon corps dans l’espace et en relation avec les appareils aériens.”

Pour Randolph, faire une pause dans la planification du programme pour pratiquer et créer avec d’autres pairs acrobatiques était un changement bienvenu.

Valerie Morris et Michelle Randolph se produisent lors de la production “Gravity & Relativity” de Frequent Flyers Aerial Dance au Dairy Arts Centre en décembre 2021. (Frequent Flyers Aerial Dance/Photo courtoisie)

“J’adore collaborer avec d’autres artistes incroyables sur Frequent Flyers. Ensemble, nous pouvons créer quelque chose qui n’existerait pas sans les expériences uniques et l’influence de chacun des danseurs incroyables”, a déclaré Randolph. “Grâce à nos processus de répétition, nous construisons une communauté et nous nous faisons confiance, nous inspirant les uns les autres à continuer à grandir ensemble et individuellement en tant qu’artistes.”

Whitney Moore, membre de Frequent Flyers, a pratiquement grandi en patinant. Elle a patiné pour la première fois à l’âge de 3 ans et a participé à des compétitions de patinage artistique de 11 à 24 ans.

Il y a quelques années, Moore a échangé l’élément de l’eau gelée contre l’air parce qu’il voulait aller plus haut que ne le permettaient les sauts d’axel.

“J’ai décidé de suivre mon premier cours de pilotage en 2015”, a déclaré Moore. “Je suis toujours à la recherche de nouvelles façons de bouger, et la danse aérienne m’a semblé être un rêve.”

Son expérience en patinage artistique a facilité la transition.

“Puisque le patinage artistique et la danse aérienne sont deux formes d’art performatif, le saut n’a pas été trop difficile”, a déclaré Moore. « Il y a certainement un chevauchement entre les deux formes d’art. Les deux allient prouesses techniques, art et expression. Bien que l’exécution puisse sembler différente entre les formes, elles partagent une capacité de base pour encourager l’exploration et l’expression.

Alors que les concurrents apprécieront sans aucun doute de se dérouler sur scène, le thème et le message du spectacle pourraient bien les motiver à viser de nouveaux sommets.

Whitney Moore, Valerie Morris et Sofia Rodriguez se produisent lors de la production “Gravity & Relativity” de Frequent Flyers Aerial Dance au Dairy Arts Centre en décembre 2021. (Frequent Flyers Aerial Dance/Photo courtoisie)

“J’espère que l’émission plaira à ceux de notre public qui sont peut-être eux-mêmes en voyage ou qui se trouvent à un carrefour de la vie”, a déclaré Moore. “J’aimerais inspirer les gens à regarder leur parcours de vie sous tous les angles et à se donner l’espace nécessaire pour dérouler leur parcours avec patience et sans jugement.”

Les émissions à venir seront également transformatrices en ce sens que les acteurs pourront enfin abandonner leurs couvre-visages.

“Les danseurs viennent tout juste de commencer à travailler sans masque, ce qui est fantastique, à la fois pour leur capacité à respirer plus librement et pour leurs expressions faciales”, a déclaré Smith. «Ils ne sont pas masqués dans la performance. Comme nous travaillons avec des visages masqués depuis si longtemps, nous passons du temps en répétitions pour travailler là-dessus.”

Lisa Caldwell, Valerie Morris et Sofia Rodriguez apparaîtront également dans l’émission.

Pour Smith, pouvoir explorer personnellement de manière créative avec des danseurs après avoir manqué tant de temps en studio pendant la pandémie est un changement bienvenu.

“C’est gratifiant de travailler avec ces cinq personnes incroyables”, a déclaré Smith. “Vous êtes fort, créatif, dévoué, intelligent et adorable. Nous nous sommes tellement amusés à faire le spectacle. C’est un honneur de diriger ce groupe soudé. Travailler ensemble nécessite une confiance énorme de la part de toutes les parties, d’autant plus que vous tenez souvent et littéralement la vie de quelqu’un d’autre entre vos mains.

Smith espère que sa dernière création laissera le public “ému, inspiré et ravi”.

Les billets pour le spectacle pour tous les âges sont de 28 $ pour les adultes et de 24 $ pour les étudiants, les aînés et les enfants de moins de 12 ans. Il y a trois façons de voir le spectacle, avec des représentations à 19h30 le vendredi et le samedi et à 14h le dimanche.

Le légendaire musicien folk Richie Havens a dit un jour qu’il n’était pas dans le show business, il était dans le secteur des communications. Pour Smith, ses mots résonnent profondément.

“La scène appartient au public”, a déclaré Smith. “S’ils ne sont pas là, alors nous non plus.”

Leave a Comment