Le Nederlands Dans Theater revient à Chaillot avec sa deuxième compagnie, le NDT 2 et un programme de León & Lightfoot / Ekman / Goecke

© Rahi Rezvani

A l’invitation de Chaillot, la troupe “Junior” du NDT apporte un vent de fraîcheur aux chorégraphies d’Ekman, Goecke et Leon & Lighfoot.

On imagine que chaque jeune danseur en herbe présent à cette soirée en compagnie du Nederlands Dans Theater 2 n’aura qu’une envie : émigrer à La Haye, port d’attache de l’institution. Autrefois porté par des figures de la danse telles que Hans van Manen D’où Jiri Kylianaujourd’hui sous la houlette du tandem lion du soleil et Paul Lightfoot Depuis 1978, cette maison fonctionne comme une entreprise “bis” dédiée aux jeunes artistes. Ces derniers apprennent ainsi différents langages chorégraphiques. Pour certains, l’affirmation de leur personnalité sera alors l’histoire CND la plus importante. Avec ce programme d’invités à Paris, c’est un peu comme un cahier de tendances avec les stars du moment. Alexandre Ekmann D’où Marco Gocke. Il ne manque que Crystal Pite – cette dernière n’est jamais bien loin, chorégraphe du NDT avec qui elle a beaucoup créé.

Ekman ouvre le bal avec le fantaisiste AJUSTER. On y retrouve le savoir-faire des Suédois : une pincée de théâtralité, non sans humour, plus une grande musicalité. Sans oublier ce sens du détail gestuel, ici des coups de cymbales, des pas de deux ainsi que des déclarations d’amour. Sous une pluie de fumée – bel effet scénique – la troupe s’invente un chef et dérive avant de sombrer dans une douce transe. Chaque interprète mérite l’attention du chorégraphe. Les jeunes danseurs sous nos yeux remplissent absolument ces rôles. Et même cette version “truquée” de la prise cinq de Dave Brubeck a peu d’effet. Ekman montre la joie d’une entreprise ainsi que la maturité naissante de l’artiste.

On se dit des choses sombres de Marco Goecke se veut plus dramatique. Le solo d’ouverture est grandiose : des corps secoués de spasmes, des mouvements comme autant de dessins dans l’espace. Goecke a une signature qui passe de salle en salle – comme ce fut le cas récemment avec le Ballet de l’Opéra de Paris. La musique choisie de Placebo à Schubert – un sérieux numéro d’équilibriste – souligne malheureusement les accents dramatiques recherchés. Paradoxalement, l’engagement des jeunes pousses de NDT 2 évite que ce morceau ne devienne trop sérieux. Le public unanime pour les célébrer.

Le programme se termine en douceur avec se déconnecter à partir de lion du soleil et Paul Lightfoot. Danser au plus près du corps, travailler dans l’espace, jouer avec les voiles – dans l’esprit de Kylian – l’oeuvre, qui n’excite pas, souligne encore une fois les qualités des interprètes.

Philippe Noisette – www.sceneweb.fr

Théâtre de danse néerlandais 2
AJUSTER
CHORÉGRAPHIE, SZÉNOGRAPHIE Alexander Ekman
LUMIÈRES Alexander Ekman, Lisette van der Linden
COSTUMES Alexander Ekman, Yolanda Klompstra
MUSIQUE Non de Nicolas Jaar ; Take Five du Dave Brubeck Quartet © Valentine Music Ltd ; paons sur
Doug Carroll, voix d’animaux.
TEXTE Alexandre Ekman
COLLABORATION ARTISTIQUE Julia Eichen
COLLABORATION ARTISTIQUE/DRAMATURGIE Carina Nildalen
AVEC 18 danseurs
NOUS DIT NOUS SOMBRE
CHORÉGRAPHIE, SZÉNOGRAPHIE, COSTUMES Marco Goecke
LUMIÈRES Udo Haberland
CONSEILS MUSICAL Jan Pieter Koch
MUSIQUE Franz Schubert : Trio, Nocturne en mi bémol, Opus 148, D. 897 ; Placebo : chanson d’adieu ; trimer
aux salaires; Fort comme l’amour. BMG Rights Management (Royaume-Uni) Ltd. ; Alfred Schnittke : Quintette pour piano, Partie 2 : en
Tempo di Valse. © Édition Peters, Leipzig / Albersen Verhuur BV, ‘s-Gravenhage
AVEC 11 danseurs
SE DÉCONNECTER
CHORÉGRAPHIE, SCÉNOGRAPHIE, COSTUMES Sol León, Paul Lightfoot
LUMIÈRES Tom Bevoort
MUSIQUE Philip Glass du Concerto pour violon et orchestre [1987] Partie I et II © Dunvagen, New York /
Albersen Verhuur BV, ‘s-Gravenhage
AVEC 6 danseurs

Chaillot
15 mai – 19h45
Jeu 16 mai — 20 h 30
ven 17 mai — 19h45
Sam 18 mai — 15h30
sam 18 mai — 20h30
Dim. 19 mai – 15h30

Leave a Comment