Le Nederlands Dans Theater enflamme le Théâtre Maisonneuve à la Place des Arts – Bible urbaine

Crédit photo: Rahi Rezvani

CNDT revient animer la scène montréalaise avec trois œuvres uniques. Hofesh Schechter secoue d’abord le public avec VLADIMIR, un morceau plein d’entrain, avant de laisser place à Crystal Pite et The Statement, où froideur et contrôle changent drastiquement le ton de la soirée. Enfin, les chorégraphes résidents Sol León et Paul Lightfoot présentent Singulière Odyssée, une œuvre à l’esthétique plus classique qui complète le triptyque.

VLADIMIR

La proposition de Schechter utilise les facettes humaines les plus brutes, les plus énergiques et les plus émouvantes. Les danseurs évoluent sur scène dans un geste terreux et organique, avec une fluidité absurde qui passe de l’ordre au chaos en passant par la magie.

Le chorégraphe a l’œil pour surprendre et captiver le public ; Il est aussi un maître du dosage et sait comment nourrir le public sans le bourrer. La musique qu’il a composée pour sa pièce enveloppe magnifiquement la création, soutenant tant l’énergie forte, parfois violente des interprètes, mais aussi leur sensualité et même leur douceur.

Lorsque VLADIMIR se termine, on aimerait presque que tout recommence.

la déclaration

Crystal Pite montre un monde complètement différent du précédent, mais tout aussi proche de la réalité la déclaration. Une conversation enregistrée guide les quatre interprètes du début à la fin, modulant le rythme et la structure des mouvements. Les dialogues racontent un conflit dans une entreprise où les supérieurs veulent tenir leurs employés responsables d’un conflit armé qu’ils auraient alimenté.

Cette situation entraîne les danseurs dans un débat poignant où le désir de contrôle se manifeste autant dans leur corps que dans leur impuissance.

L’expressivité du mouvement va au-delà des expressions faciales ; Bien que les gestes commencent plus littéralement, ils sont lentement poussés vers les extrêmes, vers l’abstraction, tout en conservant l’idée de panique et de confrontation.

Sans réinventer la roue, le travail de Pite renouvelle notre regard sur la danse comme médium.

Odyssée unique

Sol León et Paul Lightfoot nous emmènent dans une gare. Il raconte les chemins qui se succèdent, qui se croisent sans cesse, et raconte le parcours éphémère des hommes sur terre.

Une technique classique, entrecoupée d’éclairs plus modernes, caractérise l’écriture manuscrite des deux chorégraphes. Bien que l’on perçoive ici et là des tonalités surprenantes, on peut aussi percevoir des dissonances gestuelles lors de ces mouvements brisés, anguleux ou arythmiques. Ce style crée une certaine cacophonie scénique avec des solos simultanés, car la chorégraphie ne semble pas soutenue par la musique, il manque un élément clé pour lier le tout. Il est également décevant que la pièce s’appuie sur sa décoration et certains gestes mimétiques pour rester fidèle à son sujet ; ce placage d’éléments révèle alors des lacunes dramaturgiques.

Cependant, on peut apprécier le talent des danseurs, qui honorent leurs partitions chorégraphiques et interprètent magnifiquement leurs rôles.

En résumé

Le Nederlands Dans Theater vous invite à une soirée dont la variété des pièces éblouit plus d’une fois. Nous explorons des univers avec des énergies, des gestes et des musiques différentes et touchons ainsi un large public. La précision avec laquelle les interprètes présentent les pièces individuelles est également un élément essentiel de la soirée. C’est une soirée d’émotions, de divertissement et de voyage.

Cristina Birr

Déménagement professionnel

Cristina est une passionnée de danse depuis plus de 15 ans ! Passionnée par le corps, elle est massothérapeute et continue de faire vivre son intérêt pour la danse à travers les mots.

Leave a Comment