La chaîne d’exploitation française CGR Cinémas est à vendre

Après deux ans de pandémie, deuxième chaîne de multiplex de France derrière Pathé, CGR Cinémas a été lancé par ses propriétaires Luc Raymond et Charles Raymond. la diversité a confirmé.

La valeur de l’entreprise familiale est estimée à 1,1 milliard de dollars, selon Jocelyn Bouyssy, PDG de longue date de CGR, qui a été approché pour trouver un repreneur au groupe.

Fondé en 1966 à La Rochelle, dans le sud-ouest du pays, CGR Cinémas compte aujourd’hui 74 salles, plus de 700 écrans et plus de 2 000 salariés. La société a commencé à se diversifier ces dernières années en investissant dans la société de distribution française Apollo Films et dans l’hôtellerie et la restauration.

Sous la direction de Jouyssy, CGR Cinemas a également lancé un nouveau format premium appelé ICE (Immersive Cinema Experience), qui a dépassé Imax, Dolby Cinema et 4DX en 2019. Au cours de l’année pré-pandémique, CGR Cinemas a réalisé un chiffre d’affaires annuel d’environ 280 millions d’euros (303 $). millions), qui est tombé à 240 millions d’euros (260 millions de dollars) avec des pertes de près de 45 millions d’euros (48 millions de dollars) en 2021, selon Bouyssy.

Les cinémas CGR, comme tous les autres cinémas, ont été fermés pendant plusieurs mois en 2020 et 2021 en raison de la pandémie et ont rouvert en mai 2021 avec une capacité de places assises et des exigences de masque limitées au début de 2022 en raison de la variante omicron de COVID.

Bien que la France soit la plus grande nation européenne de spectateurs en termes de ventes de billets, le box-office français ne s’est pas encore remis des fermetures successives, des restrictions et des sorties retardées. et certains téléspectateurs restent encore à l’écart pour des raisons de santé.

En mars, BO est tombé à son plus bas niveau en 20 ans avec 13,9 millions d’entrées, selon l’Office national du film (CNC). Un mois fort était attendu grâce à la sortie très attendue de The Batman, avec Robert Pattinson et Zoë Kravitz, et de Notre Dame on Fire de Jean-Jacques Annaud, largement diffusé par Pathé.

“La CGR a toujours été un groupe riche et nous avons pu traverser la tempête pendant la crise sanitaire grâce aux renflouements et subventions mis en place par le gouvernement, mais après deux ans de crise nos pertes ont atteint environ 45 millions d’euros”, dit Boussy.

Le directeur a ajouté qu’il avait pu maintenir l’entreprise à flot en partie grâce au succès du format premium ICE, qu’il a vendu à des investisseurs étrangers en Espagne et au Moyen-Orient, entre autres.

CGR détient 90% des cinémas qu’elle exploite mais a hérité d’un certain nombre de loyers de son acquisition du circuit Cap Ciné en 2017. Bouyssy a déclaré que la société avait dû se battre contre les propriétaires lorsqu’on leur avait demandé de payer un loyer pour les mois, où ces cinémas étaient fermé en raison du COVID-19.

Le groupe est désormais entouré de fonds communs de placement et d’enseignes cinématographiques, principalement françaises, a déclaré Bouyssy. La société est ouverte aux acheteurs paneuropéens, avec une préférence donnée aux acheteurs français.

Pathé, opérateur de la première chaîne de salons professionnels en France, ne fait pas partie des intéressés la diversité a confirmé.

« Nous traversons actuellement une phase difficile, mais j’ai toujours une grande confiance dans l’activité salon. Les jeunes vont au cinéma pour voir des films événementiels ou des films familiaux. D’autres personnes reviendront parce que nous avons tous besoin de réseauter et de partager des expériences », a déclaré Bouyssy.

Leave a Comment