Dream Theater est de retour sur la route

Après une interruption de près de deux ans, Dream Theater a retrouvé la scène le 2 février lorsque la tournée Top of the World a débuté à Mesa, en Arizona.

« Près de deux ans se sont écoulés depuis notre dernière représentation. C’était étrange. Nous avions des papillons dans le ventre et nous nous sentions un peu comme des adolescents qui se préparent à faire un concert dans leur lycée”, a déclaré le chanteur James LaBrie dans une interview.

Dream Theater aura deux représentations aujourd’hui et dimanche au Grand Théâtre de Québec et le 1er mars à la Place Bell de Laval.

Le chanteur canadien, qui vit à Toronto, affirme que la formation s’est rapidement débrouillée.

«Après quelques chansons, nous nous sommes sentis chez nous. Lorsque nous trouvons quelque chose que nous aimons, nous réalisons à quel point cela nous a manqué. Et ça nous a beaucoup manqué”, a-t-il déclaré.

Le chanteur de 58 ans, originaire de Penetanguischene, en Ontario, a réussi à s’occuper pendant ces deux années d’inactivité. Il y a eu l’enregistrement du 15e Album studio de Dream Theater intitulé Une vue du haut du monde.

“J’ai fini d’installer mon studio dans le sous-sol de ma maison avec mon fils Chance et j’ai enregistré un nouvel album solo intitulé Belle nuance de gris qui sera lancé le 20 mai. J’en ai aussi profité pour faire de longues promenades quotidiennes avec ma femme et, si possible, pour aller skier. J’ai essayé de rester dans la vie autant que possible pendant une période où il n’y avait pas grand-chose à faire. C’était encore une période très étrange et difficile sans les amis, l’entourage et les garçons du groupe”, a-t-il noté.

fils dans la première partie

Sur la route depuis le 2 février dernier, Dream Theater embarque pour un voyage qui pourrait s’étendre sur 14 à 16 mois et au-delà du concert final prévu le 2 septembre lors de l’événement Rock in Rio.

LaBrie, John Petrucci, John Myung, Jordan Rudess et Mike Mangini ont également pu se produire en Asie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en Amérique du Sud, en Malaisie et au Vietnam.

« Il y a tellement d’endroits. Nous n’avons pas joué depuis longtemps et nous voulons en profiter”, a-t-il déclaré.

Les quatre spectacles au Canada verront le groupe Falset, mettant en vedette Chance, le fils de James LaBrie, en première partie de Dream Theater. Le quatuor torontois vient de sortir un single intitulé berceuses.

“Il m’a souvent accompagné lors de voyages avec ma femme et ma fille Chloé. Il m’a vu sur scène et ensuite ce sera à mon tour de le voir sur scène. Ce sera passionnant. Il a commencé à jouer de la batterie à l’âge de 7 ans. J’ai aussi commencé à jouer de la batterie à l’âge de 5 ans. Les gars prennent ça au sérieux et sont engagés. Je leur souhaite bonne chance et qu’ils croient en ce qu’ils font”, a-t-il déclaré.

jouissance

En raison des restrictions liées à la pandémie, la formation donnera deux spectacles dans un Grand Théâtre à moitié plein.

“Ça va être vraiment étrange. Nous avons ajouté une représentation à Québec parce que nous avons annulé notre concert initialement prévu à Ottawa en raison des manifestations. Ces restrictions affectent nos concerts à Québec, Laval et Toronto. Nous ne pourrons pas jouer devant tous nos fans. Il n’y aura pas de concerts dans des conditions optimales et c’est bien dommage. Cependant, nous reviendrons lorsque les choses reviendront à la normale”, a déclaré James LaBrie.

Après 30 ans de carrière, Dream Theater continue d’avancer.

« La clé du succès est de le faire pour les bonnes raisons. Nous aimons ce que nous faisons. Nous nous amusons toujours à composer de la musique, à enregistrer des albums et à être sur scène. La seule partie difficile est de voyager en avion, en bus, à l’hôtel et d’être loin de sa famille. C’est tout ce qui se passe entre les émissions”, a-t-il déclaré.

James LaBrie explique que les membres du groupe n’ont souvent pas le temps de voir le monde.

“Nous sommes constamment en mouvement, mais nous ne voyons pas grand-chose. Il y a des gens qui sont allés en Europe une ou deux fois et qui en ont vu plus en 25 voyages que moi. Nous sommes bénis de pouvoir vivre cette vie dont nous avons rêvé. Nous en sommes conscients et ne tenons rien pour acquis”, a-t-il déclaré.

Leave a Comment