Architecture de collecte des eaux de pluie dans une maison mexicaine

L’architecture de collecte des eaux de pluie guide cette maison mexicaine

Javier Sanchez de JSa Architects et Robert Hutchison de Rain Harvest Home de Robert Hutchison Architecture au Mexique allient style et durabilité

À environ deux heures à l’ouest de Mexico, dans la région de Temascaltepec, une maison récemment achevée pour un architecte et sa famille donne une nouvelle tournure à la conservation de l’eau. Composé de trois petits bâtiments comprenant une résidence principale, un studio d’art et un bain public, le Rain Harvest Home intègre une architecture de collecte des eaux de pluie, une pratique inhabituelle malgré les précipitations abondantes de la région.

Le concept derrière Rain Harvest Home, conçu par le propriétaire de la maison, Javier Sanchez de JSa Architects, et Robert Hutchison de Robert Hutchison Architecture, est enraciné dans les qualités uniques de son emplacement – au sein de la Reserva el Peñón, un développement axé sur le paysage qui comprend l’eau elle-même – Suffisante pour une communauté de 80 familles dans une zone de conservation de 450 hectares.

“Dans cette réserve, chaque maison doit collecter l’eau de pluie, la majeure partie provenant du système de collecte d’eau de pluie de cette maison et une petite partie provenant des réservoirs de la réserve”, explique Sanchez. “Nous voulions essayer de relever la barre et voir si nous pouvions récolter 100 % de notre eau sur notre site individuel, plutôt que de dépendre de sources extérieures.”

Hutchison ajoute : « La réserve a vraiment façonné notre réflexion sur la durabilité en général et la collecte des eaux de pluie en particulier. D’une grande manière, cela nous a fait penser à un niveau beaucoup plus large où toute la réserve est devenue le site et la maison en faisait partie. La maison est à 100 % autosuffisante en eau et en période de surplus, elle est positive en eau, réinjectant l’eau excédentaire dans le plus grand système de réservoir de la communauté. Le client reconnaît que les systèmes d’eau et d’alimentation sur place font partie d’un processus vivant qui fluctue avec l’évolution des conditions naturelles et continue d’expérimenter pour optimiser le système grâce à des étalonnages et des raffinements saisonniers.

Chacun des bâtiments dispose d’un système de réservoir hors sol et souterrain qui purifie et stocke l’eau de pluie pour alimenter la maison toute l’année. Le système de traitement de l’eau sur place est principalement alimenté par gravité et contient cinq citernes qui fournissent de l’eau potable et traitée. Un système de traitement des eaux noires sans produits chimiques purifie également les eaux usées sur place afin qu’elles puissent être réutilisées comme eaux grises pour les toilettes ou pour irriguer le verger sur place, ce qui, avec les jardins d’agriculture biologique, aide à maintenir un système alimentaire autonome.

La création d’une maison économe en eau était particulièrement importante pour Sanchez, qui utilise la résidence comme retraite avec sa famille. “Nous avons une grave pénurie d’eau à Mexico, ce qui est absurde car il pleut beaucoup, mais nous ne récupérons pas cette eau de pluie. Au lieu de cela, nous pompons l’eau dans et hors de la vallée. En tant que designers, nous devons parler de ces problèmes dans nos conceptions et expérimenter de nouvelles possibilités. Quand on a un exemple construit, il est parfois plus facile d’appréhender de nouvelles possibilités, notamment celles liées à la récupération des eaux de pluie.

Il ajoute : « Le projet est une expérience en cours pour voir ce qui est possible avec la collecte des eaux de pluie dans un système fermé. Rien n’est aussi objectif que la science le suggère, car les choses changent toujours avec le temps en fonction de la quantité et du moment de la pluie. La maison doit vivre avec cela et pour nous, en tant que designers, c’est une expérience d’apprentissage constante. Il s’agit d’intégrer la conception dans l’eau et le cycle de vie.

Sur le plan esthétique également, les bâtiments articulent une relation symbiotique avec leur environnement naturel. Chaque structure dispose d’une quantité importante d’espace extérieur couvert, brouillant la frontière entre l’intérieur et l’extérieur. La résidence principale est conçue comme un pavillon, avec plus des deux tiers de sa surface au sol disponible en espace extérieur utilisable toute l’année. De forme rectangulaire et largement horizontale, la maison principale est équipée de moniteurs suspendus pour permettre à la lumière naturelle d’entrer dans toutes ses pièces.

« Le site est relativement plat mais se trouve dans un environnement montagneux. Il y a des falaises et des pentes abruptes tout autour, mais notre site repose sur un petit plateau envahi par de grands arbustes et des broussailles continus à un étage. En raison de ces conditions de site, nous avons voulu voir si nous pouvions faire disparaître les bâtiments dans la végétation. C’est pourquoi nous avons conçu une série de trois pavillons de faible hauteur qui se nichent dans le paysage et sont répartis sur le site », explique Sanchez.

« Nous voulions un lien fort entre chaque bâtiment et le paysage. En tant qu’architectes, nous pensons souvent à la façon dont les espaces sont créés entre les bâtiments, mais ici, il s’agissait de faire du paysage cet espace. Le paysage devient le lien entre les bâtiments, tout comme il délimite les espaces entre eux. Au fur et à mesure que vous vous déplacez sur le terrain, vous verrez les bâtiments disparaître et réapparaître constamment. C’est un processus de découverte où vous ne voyez pas tout à la fois.

Cette relation devient tranquille dans le bain public, qui comprend un bain chaud, une douche à vapeur, un sauna et des toilettes entourant un bassin profond froid qui reste ouvert sur le ciel.

“Nous avons aimé l’idée que chacun des quatre espaces de baignade des bains publics n’ait aucun lien visuel avec l’extérieur, mais nous voulions apporter le soleil ou le clair de lune dans ces volumes à travers une lucarne”, explique Sanchez. “La lumière qui tombe dans chacune de ces pièces change en fonction de l’heure de la journée.” §

Leave a Comment