Admirez danser dans le terrier du lapin avec la nouvelle “Alice” au théâtre Adler

Ballet Quad Cities est de retour au magnifique théâtre Adler au centre-ville de Davenport le week-end prochain pour une nouvelle version d’Alice au pays des merveilles de Tchaïkovski.

Dans une version amusante des aventures d’Alice, le samedi 9 avril, vous pourrez profiter d’un voyage imaginatif et inoubliable à travers le pays des merveilles mettant en vedette le chapelier fou, le lapin blanc, la reine de cœur et bien d’autres de vos personnages préférés de ce conte classique de Lewis Carroll.

La directrice artistique de BQC, Courtney Lyon, qui a chorégraphié le ballet, est ravie d’une production plus inclusive – par rapport à la version colorée et abrégée (d’une heure) d’avril dernier au Outing Club à Davenport. Ensuite, elle a supprimé certains personnages (comme le chat du Cheshire) et certaines scènes. La nouvelle version dure environ 80 minutes, avec éclairage et décors complets.

“Il est vraiment possible d’avoir un plus grand nombre de danseurs sur scène et de pouvoir danser à fond – parce que cette compagnie est géniale”, a récemment déclaré Lyon. “Ce sont de grands danseurs, donc c’est agréable de sentir que je ne suis limité par aucune raison. C’est juste l’idée que nous sommes dans cet espace plus grand, donc nous agrandissons tout. Cela fait vraiment du bien aux danseurs et aussi au public. C’est excitant.”

L’année dernière, il y avait six danseurs professionnels et une poignée d’artistes communautaires, alors que cette année, Lyon compte 13 danseurs professionnels et encore quelques danseurs communautaires. Depuis le printemps 2018, c’est le premier ballet “Alice” à l’Adler.

Courtney Lyon est directrice artistique du Ballet Quad Cities et chorégraphe de la nouvelle production.

Le retour de “Casse-Noisette” dans l’Adler en décembre 2021 (après deux ans sans lui) est “génial”, estime Lyon.

« Les gens étaient ravis d’être là; certaines personnes ont dit que c’était le meilleur casse-noisette qu’ils aient jamais vu », a-t-elle déclaré. « Nous améliorons constamment notre jeu et apportons une meilleure production sur scène. Cela signifie que cela a vraiment touché les gens.

L’année dernière, Alice a été jouée au Outing Club par Meghan Phillips, qui est partie rejoindre Confluence Ballet Co. à Pittsburgh, Penn. Cette fois, Alice sera dansée par Madeleine Rhode qui est sur BQC à la fin de sa troisième saison et elle s’est engagée à continuer la saison prochaine. Lyon a dit qu’elle avait adapté la chorégraphie d’Alice pour elle.

Meghan Phillips (à droite) a joué Alice dans une production de 2021 au Davenport’s Outing Club.

“Maddie a des qualités attachantes et ce serait dommage que je ne la fasse pas monter sur scène”, a-t-elle déclaré. «Je m’assure de faire ressortir toutes ses meilleures qualités et de les intégrer dans la chorégraphie, et je veux aussi défier Maddie. Je les veux toujours pour qu’à chaque fois la chorégraphie devienne un peu plus difficile. Ils continuent donc à améliorer leurs compétences.

De nouvelles scènes cette fois

Une nouvelle scène “Alice” cette année est “Le jardin des fleurs vivantes” (du deuxième livre “Alice” de Lewis Carroll), a déclaré Lyon. “J’inclus un tout nouvel accessoire pour ça”, a-t-elle dit à propos d’une grande guirlande de fleurs qui s’étend sur environ la moitié de la scène. “Je cherchais de l’inspiration, une nouvelle idée.”

L’arrangeur de la partition de Tchaïkovski (Carl Davis) a ce titre dans le ballet, lui donnant un arc narratif plus complet, a-t-elle noté.

Au Outing Club en 2021, la société n’a pas réussi à proposer des effets d’éclairage complets qui ajoutent vraiment à l’impact, en particulier en recréant la scène Cheshire Cat qui a disparu l’année dernière, a déclaré Lyon.

Une scène d’Alice au pays des merveilles au printemps 2021 au Outing Club (photo de Jonathan Turner).

“Cette scène m’a inspiré la façon dont le chat du Cheshire disparaît et son sourire est la dernière chose qui reste”, a-t-elle déclaré. « J’ai donc voulu utiliser un effet de scène avec un fond sombre et un danseur tout de noir vêtu. Il suit Alice, la soulève et la fait tourner. Elle demande au chat du Cheshire dans quelle direction je vais ?

Il y a un effet d’éclairage dans la nouvelle production où le public voit un énorme sourire de chat mais ne voit pas le corps du chat et voit Alice flotter, a déclaré Lyon.

L’année dernière, Rhode était le lapin blanc. “C’est une grande actrice, une grande danseuse et très musicale”, a déclaré Lyon. “Elle était géniale dans ce rôle et pensait qu’elle serait une super Alice.”

Maddie Rhode est une jeune de 22 ans originaire de Milwaukee, Wisconsin.

Rhode, un natif de Milwaukee de 22 ans (qui a commencé à danser à 5 ans), a dansé la fée Sugar Plum, la mère de Clara, et un flocon de neige dans le dernier “Casse-Noisette”. Elle était également la Sugar Plum Fairy dans une version abrégée plus jazzée de “Nutcracker” au Outing Club en décembre 2020.

“C’était tellement génial d’être de retour sur une grande scène et d’avoir un public complet”, a-t-elle déclaré récemment.

Rhode a grandi en s’entraînant à la Milwaukee Ballet School et s’est produite dans sa deuxième compagnie pendant un an après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires. BQC était son premier contrat professionnel, qui a débuté à l’automne 2019.

Avantages et inconvénients de Outing Club

The Outing Club, 2109 Brady St., Davenport est un lieu beaucoup plus intime et la compagnie s’est produite à la fois sur la pelouse (en été 2020 et 2021) et dans la salle de bal.

Une scène du BQC Alice au pays des merveilles 2018 (photo de Jonathan Turner).

“Lorsque le public est proche, vous pouvez établir beaucoup plus de contact visuel avec lui”, a déclaré Rhode, notant qu’elle avait fait des spectacles de salle de bal similaires à Milwaukee. “Vous les voyez profiter du spectacle.”

Elle aimait Ballet sur la pelouse. « Se produire à l’extérieur en plein air est une expérience unique que je pense que nous, les danseurs, avons tous vraiment appréciée et appréciée. Quand ils ont ramené cela cette année, beaucoup d’entre nous étaient vraiment impatients d’avoir à nouveau cette opportunité, même si les choses se sont rouvertes.”

Les spectacles en salle étaient (intrinsèquement) plus petits et attiraient les vrais fans de ballet, a déclaré Rhode.

“Bien que ce soit un cadre plus informel, c’était plus formel que les performances en plein air”, a-t-elle déclaré. “En tant que danseurs, nous les apprécions, qu’ils soient des partisans de longue date ou des donateurs du ballet.”

Cela peut aussi être angoissant pour les danseurs de voir le public si près, a déclaré Rhode.

“Parfois, c’est un peu déconcertant de voir le casting établir un contact visuel avec vous”, a-t-elle déclaré. “Pouvoir voir votre propre expression faciale – en tant que spectateur, vous ne devriez pas être vu. Je pense que parfois ça les prend au dépourvu, et en retour, oups, en tant qu’interprète – ils ne s’attendaient pas à ça. C’est une observation intéressante que j’ai compilée à partir de tous nos dîners en salle.

“En tant que téléspectateurs, ils aiment et apprécient également cela – qu’ils ont une meilleure idée de connaître votre personnage ou l’intrigue”, a déclaré Rhode.

De retour dans l’aigle

“Lorsque vous êtes sur une scène plus grande, le public a une image beaucoup plus large – qu’il s’agisse d’une atmosphère ou d’une syntonisation sur une chose spécifique. Il y a des avantages et des inconvénients”, a-t-elle déclaré. “Oui, c’est juste différent, mais je pense qu’il y a des avantages à offrir les deux en une saison.”

Une scène du BQC Alice au pays des merveilles 2018 au théâtre Adler avec la chenille.

“J’adore le ballet classique – évidemment j’y ai été formé, donc on pourrait penser que c’est quelque chose qui me tient à cœur”, a déclaré Rhode. « Je pouvais faire le pas de deux Sugar Plum avec le cavalier, ce que je ne pouvais pas faire avec la compagnie. Donc, ce n’était définitivement qu’un rêve devenu réalité.

Ayant joué dans Alice l’année dernière, White Rabbi et Alice ont un lien étroit, et depuis qu’elle joue ce rôle, elle adore affronter Alice cette année.

“J’essaie d’avoir mon propre point de vue là-dessus, c’est vraiment bien”, a déclaré Rhode. “Je m’en souviens bien. Être Alice a été génial – un excellent processus de répétition, très collaboratif, ce qui est génial et pousse mes compétences en danse.”

Elle était fan des versions filmées d ‘”Alice” et faisait partie de la distribution étudiante du Milwaukee Ballet.

Ils n’ont été autorisés à répéter à l’Adler que cette semaine et n’ont eu que deux représentations en une journée.

Frisson de la musique live et plus

Rhode a adoré l’opportunité de danser sur de la musique live avec l’Orchestra Iowa lors des spectacles de Casse-Noisette, notamment à Cedar Rapids en décembre dernier. Alice utilisera de la musique préenregistrée.

“Quelque chose à propos de l’orchestre live, de la musique live, c’est juste un sentiment différent”, a-t-elle déclaré. « Il a une richesse différente. Vous travaillez vers le même objectif que vous soyez musicien ou danseur.

Rhode est un peu nerveuse à propos de toutes les pièces de production supplémentaires qui feront partie de l’Aigle qu’elle ne peut pas contrôler.

Une scène de la production BQC 2018 d’Alice au pays des merveilles.

«Vous devez faire de votre mieux; c’est ce que nous avons essayé », a-t-elle déclaré. “Il y a des choses qu’on ne peut pas aider, et c’est comme ça. Vous suivez le courant.

Rhode enseignera à l’école BQC cet été, ce qu’elle fait depuis qu’elle a commencé ici.

“Je dirais que je suis l’une des plus jeunes enseignantes”, a-t-elle déclaré. “Je l’apprécie beaucoup. Surtout pendant l’année scolaire, vous voyez les élèves – vous les voyez faire des progrès et établir des connexions dans leur cerveau, ce qui se traduit dans leur corps. C’est vraiment bien – en tant que danseur, vous ne savez pas quand vous grandissez si les choses ont un sens, mais votre professeur le voit.

“Savoir qu’ils vont bien, qu’ils sont sur la bonne voie, est vraiment utile”, a déclaré Rhode. “Ensuite, non seulement je donne des cours de ballet, mais je les enseigne également dans le répertoire, c’est-à-dire des variations du ballet classique, et je les enseigne.”

Alice au pays des merveilles sera présenté le samedi 9 avril à 14 h 30 et 19 h 30 au Adler, 136 E. 3rd St., Davenport. Les billets coûtent 25 $ pour les adultes, 19 $ pour les étudiants et les aînés et 15 $ pour les enfants de moins de 12 ans et sont disponibles ICI.

Leave a Comment